Un texte qui précise bien la démarche de ce blog:

Les doigts égrènent un chapelet, les lèvres murmurent en silence, les yeux sont mi-clos, intériorisés. Récitation... prière répétitive... Mais qui est ce priant ? Un moine du Mont Athos qui répète le nom de Jésus, un musulman pieux qui récite les 99 noms d’Allah, un pèlerin de Lourdes plongé dans la méditation des mystères lumineux ? En effet, la répétition d’un nom saint, d’un son aux vibrations sacrées (pour les mantras des hindous), ou de textes traditionnels dans des rituels bouddhistes tibétains, se rencontre dans la plupart des traditions religieuses de l’humanité.

Vue de l’extérieur, cette façon de prier peut sembler être un pur automatisme, un rituel vide. Ceux qui la pratiquent de façon consciente savent à quel point l’imagination ou le mental peuvent voyager loin des formules ou des mots sans cesse repris... Pourtant, la répétition peut être une façon privilégiée d’entrer dans la simplicité d’une prière qui dépouille de l’envahissement de l’imagination ou des émotions. Elle permet de vivre humblement une présence... Présence à soi, présence au divin, présence au cosmos, ou à son propre corps dans le mouvement des doigts ou la vibration des sons. Présence à un présent, intensité de l’instant accueilli comme un don. L’ensemble de la personne peut alors être convoqué pour la rencontre ou la communion. L’illusion serait de croire que, par exemple, la "prière de Jésus" orthodoxe serait facile, destinée aux esprits simples à la spiritualité fruste. Dans la plupart des traditions, même si son sens diffère, la répétition est censée agir sur les profondeurs de l’esprit. Pour le catholique, le rosaire est une prière biblique par excellence. Le Notre Père et le Réjouis-toi Marie sont repris des Evangiles. En outre, le parcours des quatre mystères (joyeux, lumineux, douloureux et glorieux) offre une relecture de l’histoire du salut, en compagnie de Marie, modèle du cœur qui écoute. Pour les orthodoxes, la récitation du nom de Jésus permet de l’accueillir dans les profondeurs du cœur et d’unifier celui-ci. Inspirée par l’Esprit Saint qui conduit au Père, cette prière trinitaire est l’une des plus anciennes de l’Orient. Elle renoue avec la tradition biblique du respect du Nom dont la prononciation évoque la présence mystérieuse de Dieu au milieu de son peuple. Enfin, quand le musulman pieux récite avec attention les 99 noms d’Allah, il se laisse façonner par son Dieu. En effet, chaque nom évoque un attribut (miséricorde, sagesse, bonté...) que le croyant est invité à pratiquer dans sa vie spirituelle.

Bref, si nous pratiquons une prière répétitive, souvenons-nous que toute prière authentique est inspirée par l’Esprit Saint (Jean-Paul II à la 1re rencontre interreligieuse à Assise, en 1986) et que nous pouvons nous unir ainsi aux priants des autres traditions du monde.

Bernard Ugeux Père blanc, professeur de théologie et d'anthropologie à l'Université catholique de Toulouse. Auteur de "Retrouver la source intérieure" (Ed. de l’Atelier).

(Source: Revue Prier n°265)