Vous avez observé que ce projet de partage interreligieux proposé par "Carrefour du Silence" met particulièrement l'accent sur la pratique de la méditation et cela vous pose question? En effet c'est parceque cette forme de prière est commune à la plupart des traditions qu'elle offre l'opportunité et aussi la chance d'une expérience spirituelle vécue de façon collective entre croyants de confessions diverses telle que nous l'appelons ici de nos voeux. Mais il est vrai cependant que ce terme peut gêner certains dans la mesure où il évoque quelques fois une certaine forme d'ascèse, de mysticisme qui ne serait réservée qu'aux seuls "initiés".

Que les choses soient donc bien claires. Même si cela est suggéré, il n'est pas nécessaire, pour participer à l'assemblée dont il est question ici, d'appliquer strictement les "modalités" liées à la pratique méditative de telle ou telle tradition (posture, respiration ou concentration spécifiques, récitation mentale d'un mantra ou formule religieuse, etc, etc...). Non bien sûr. Chacun est libre de pratiquer comme il l'entend, qu'il s'agisse d'observer strictement une forme traditionnelle ou qu'il s'agisse d'un simple recueillement ou encore d'exprimer mentalement quelque intention de prière. Ainsi, pour prendre quelques exemples, un musulman pourra réciter intérieurement le dhikr assis sur ses talons, tandis qu'un bouddhiste en position du lotus se concentrera sur la notion de compassion alors que dans le même temps un chrétien assis sur une chaise récitera le chapelet. L'important étant que tout cela se déroule en position assise et dans le silence.

Jean-Marc Caffet