LETTRE OUVERTE DES 138 DIGNITAIRES MUSULMANS AUX CHEFS DES EGLISES CHRETIENNES

                                            (octobre 2007)

                             ___________________________

 

Préambule :

(Source: SaphirNews) - A l'occasion de l'Aïd el Fitr, la fête de fin du mois de jeûne du Ramadan, 138 savants, intellectuels et autres dignitaires musulmans ont adressé au Pape Benoît XVI ainsi qu'aux chefs de différentes Eglises chrétiennes, une lettre ouverte dans la quelle ils estiment entre autre que "si les musulmans et les chrétiens ne vivent pas en paix entre eux, le monde ne peut être en paix".

Déjà après le très controversé discours de Ratisbonne prononcé par le Pape Benoît XVI le 12 septembre 2006, 38 dignitaires musulmans avait adressé une lettre à ce dernier. Le Saint-Siège n'y avait alors pas réagi.

Alors "à l’occasion du Eid al-Fitr al-Mubarak 1428 A.H. / October 13th 2007 C.E., et à l’occasion du premier anniversaire de la Lettre Ouverte de 38 savants musulmans à S.S. le Pape Benoît XVI", ils sont cette fois-ci cent de plus - le chiffre est symbolique- à avoir signé cette lettre ouverte envoyée non seulement à Benoît XVI, chef de l'Eglise catholique romaine, mais aussi à Sa Toute-Sainteté Barthélémy Ier, patriarche orthodoxe, à Sa Béatitude Theodoros II, Pope et patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique, ainsi qu'à une trentaine d'autres dignitaires religieux de différentes Eglises.

Rédigée à l'initiative de l'Institut royal Aal Al-Bayt pour la pensée islamique d'Amman, en Jordanie, une organisation non-gouvernementale (ONG) militant pour le dialogue islamo-chrétien, la lettre ouverte insiste notamment sur le fait qu' "en tant que musulmans, nous disons aux chrétiens que nous ne sommes pas contre eux et que l'islam n'est pas contre eux, à condition qu'ils ne fassent pas la guerre contre des musulmans pour des raisons religieuses".

Invité par Radio Vatican le 12 octobre dernier, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, a déclaré : "C’est un document très intéressant et nouveau, dans la mesure où il provient à la fois des musulmans sunnites et des musulmans chiites. C’est un document non polémique, qui comporte de nombreuses citations de l’Ancien et du Nouveau Testament. [...] Cette lettre est un signal très encourageant parce qu’elle montre que la bonne volonté et le dialogue sont capables de vaincre les préjugés. C’est une approche spirituelle au dialogue interreligieux, que j’appellerais le dialogue des spiritualités. Les musulmans et les chrétiens doivent répondre à une unique question : est-ce que pour toi Dieu, dans ta vie, est vraiment l’unique ?"

 

Amour de Dieu et du prochain

La première missive adressée au Pape Benoît XVI après le discours de Ratisbonne se terminait ainsi : "Nous invitons les chrétiens à s’accorder avec nous sur ce qui constitue l’essentiel de notre foi et de notre pratique : les Deux Commandements de l’amour".

C'est à partir de cette fin, et en la développant largement, que les signataires de cette seconde missive ont rédigé leur lettre ouverte, la divisant en deux grandes parties, à savoir "l'amour de Dieu" et "l'amour du prochain", et y ajoutant une troisième partie intitulée "venez à une parole commune entre vous et nous". "Ne laissons pas nos divergences attiser la haine et les tensions. Rivalisons seulement dans la vertu et le bien" insistent les signataires.

Précisons que la lettre ouverte a été signée par 138 intellectuels et dignitaires religieux musulmans représentants diverses mouvances et écoles de pensée et issus aussi bien du Maghreb que du Golfe, du Liban, de Syrie, mais aussi de Russie, de Bosnie ou du Kosovo, chose qui constitue un consensus non négligeable des musulmans. Précisons aussi que le seul signataire Français de la lettre est Mohamed Béchari, président de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF).

 

                               ______________________________

 

Texte abrégé de la lettre :

 

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

A l’occasion du Eid al-Fitr al-Mubarak 1428 A.H. / October 13th 2007 C.E., et à l’occasion du premier anniversaire de la Lettre Ouverte de 38 Savants Musulmans à S.S. le Pape Benoît XVI,

Lettre Ouverte et Appel des Guides Religieux Musulmans à :

Sa Sainteté le Pape Benoît XVI,

Sa Toute-Sainteté Barthélemy I, Patriarche de Constantinople, New Rome

Sa Béatitude Theodoros II, Pope et Patriarche d’Alexandrie et de toute l’Afrique,

Sa Béatitude Ignatius IV, Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient,

Sa Béatitude Theophilos III, Patriarche de la Cité Sainte de Jérusalem,

Sa Béatitude Alexy II, Patriarche de Moscou et de toute la Russie,

Sa Béatitude Pavle, Patriarche de Belgrade et de la Serbie,

Sa Béatitude Daniel, Patriarche de la Roumanie,

Sa Béatitude Maxim, Patriarche de la Bulgarie,

Sa Béatitude Ilia II, Archevêque de Mtskheta-Tbilisi, Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie,

Sa Béatitude Chrisostomos, Archevêque de Chypre,

Sa Béatitude Christodoulos, Archevêque d’Athènes et de toute la Grèce,

Sa Béatitude Sawa, Métropolite de Varsovie et de toute la Pologne,

Sa Béatitude Anastasios, Archevêque de Tirana, Duerres et de toute l’Albanie,

Sa Béatitude Christoforos, Métropolite des Répubiques Tchèque et Slovaque,

Sa Sainteté Pope Shenouda III, Pope d’Alexandrie et Patriarche de toute l’Afrique sur le Trône Apostolique

de St. Marc,

Sa Béatitude Karekin II, Patriarche Suprême et Catholicos de tous les Arméniens,

Sa Béatitude Ignatius Zakka I, Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, Chef Suprême de l’Église

Universelle Orthodoxe Syrienne,

Sa Sainteté Mar Thoma Didymos I, Catholicos de l’Orient sur le Trône Apostolique de St. Thomas et

Métropolite du Malankara,

Sa Sainteté Abune Paulos, Cinquième Patriarche et Catholicos de l’Éthiopie, Echege de la Siège de St.

Tekle Haymanot, Archevêque d’Axium,

Sa Béatitude Mar Dinkha IV, Patriarche de la Sainte Église Apostolique et Catholique Oriental Assyrienne,

Le Trés Rév. Rowan Williams, Archevêque de Cantorbéry,

Rév. Mark S. Hanson, Evêque Président de l’Église Evangelique Luthérienne à l’Amerique, et

Président de la Fédération Mondiale des Luthériens,

Rév. George H. Freeman, Secrétaire Général du Conseil Mondial des Méthodistes,

Rév. David Coffey, Président de l’Alliance Mondiale des Baptistes,

Rév. Setri Nyomi, Secrétaire Général de l’Alliance Mondiale des Églises Rèformées,

Rév. Dr. Samuel Kobia, Secrétaire Général du Conseil Mondial des Églises,

Et les Guides des Églises Chrétiennes, en tout lieu….

 

 

 

« Une parole commune entre vous et nous »

 

 Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Musulmans et chrétiens constituent bien ensemble plus de la moitié de la population mondiale. Sans la paix et la justice entre ces communautés religieuses, il ne peut pas y avoir de paix significative dans le monde. L’avenir du monde dépend donc de la paix entre musulmans et chrétiens.

La base de cette paix et de cette compréhension mutuelle existe déjà. Elle fait partie des principes qui sont les fondations véritables des deux religions : l’amour du Dieu Unique, et l’amour du prochain. Ces principes sont énoncés à maintes reprises dans les textes sacrés de l’Islam et du Christianisme. L’Unité de Dieu, la nécessité de L’aimer, et la nécessité d’aimer le prochain constituent ainsi le terrain d’entente de l’Islam et du Christianisme. En voici quelques exemples :

Sur l’Unité divine, Dieu dit dans le Saint Coran : “Dis : C’est Lui Dieu l’Un ! Dieu Se suffit à Lui-même !” (Al-Ikhlas, 112:1-2). Sur la nécessité de l’amour de Dieu, le Coran révèle : “Invoque sans cesse le Nom de ton Seigneur et communie intensément avec Lui !” (Al- Muzzammil, 73:8). Sur la nécessité d’aimer son prochain, le prophète Muhammad (sur lui la paix et les bénédictions divines) a dit : “Aucun d’entre vous n’est croyant tant que vous n’aimerez pas pour votre prochain ce que vous aimez pour vous-mêmes.”Dans le Nouveau Testament, Jésus-Christ (sur lui la Paix) a dit : “Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu, le Seigneur est Un. Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ton intelligence et de toute ta force. C’est là le premier commandement. Le second lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là” (Marc 12:29-31).

Dans le Saint Coran, Dieu le Très-Haut enjoint les musulmans de lancer l’appel suivant aux chrétiens (et aux juifs – les gens des Ecritures) :

“Dis : Ô gens des Ecritures ! Elevez-vous à une parole commune entre vous et nous, à savoir de n’adorer que Dieu Seul, de ne rien Lui associer et de ne pas nous prendre les uns les autres pour des maîtres en-dehors de Dieu. S’ils s’y refusent, dites-leur : Soyez témoins que, en ce qui nous concerne, notre soumission à Dieu est totale et entière” (Aal ‘Imran 3:64).

L’expression :“de ne rien Lui associer” se réfère à l’Unité de Dieu, tandis que l’expression : “de n’adorer que Dieu Seul” renvoie au fait d’être dévoué totalement à Dieu. Ainsi donc, elles expriment le premier et plus grand commandement. Selon l’un des plus anciens commentaires coraniques faisant autorité, l’expression : “et de ne pas nous prendre les uns les autres pour des maîtres en-dehors de Dieu” signifie “de ne pas obéir les uns aux autres en désobéissant à ce que Dieu a commandé”. Ici, c’est le second commandement qui est exprimé, car la justice et la liberté de religion sont des aspects centraux de l’amour du prochain.

Conformément au Coran nous, en tant que musulmans, invitons les chrétiens à s’accorder avec nous sur ce qui nous est commun, et qui constitue également l’essentiel de notre foi et de notre pratique : les deux commandements de l’amour. (Octobre 2007)