Mardi 14 juin 2016

La grande synagogue historique d’Edirne, restaurée récemment par les autorités turques, a de nouveau accueilli les juifs, les chrétiens et les musulmans en Turquie dans le cadre de la rupture du quatrième jour de jeûne, jeudi 9 juin.
Environ un millier d’invités ont dit présent à cette soirée remplie de sens.
Parmi les invités importants le gouverneur d’Edirne Gunay Ozdemir, le maire d’Edirne Recep Gurkan, le grand rabbin de Turquie Rav Isak Haleva, le président de la communauté juive de Turquie Ishak Ibrahimzadeh, le mufti de Grèce Ibrahim Serif, le père Alexander Cikrik de l’église bulgare Sveti Georgi d’Edirne, le député d’Istanbul de l’AKP Mustafa Yeneroglu, le député CHP d’Edirne Erdin Bircan ont assité à la soirée.
Pour des raisons de sécurité, la rue où se trouve la synagogue a été fermée au trafic.
La soirée a commencé avec le Ezan, appel à la prière notant la rupture du jeûne, et la prière faite par le mufti Serif.
Haleva : «Le Ramadan est une splendeur que Dieu a donnée» A la suite d’une question concernant les attaques terroristes récentes à Mardin et à Istanbul, le grand rabbin Haleva a répondu par une autre question. «Le Ramadan d’un côté et la terreur de l’autre sont-ils compatibles ?», s’est-il interrogé avant de définir le Ramadan comme «une splendeur que Dieu a donnée».
Le maire Gurkan a annoncé, lui, qu’ils continueraient à faire vivre les traces de la culture juive à Edirne. «Notre mairie va racheter et rénover trois anciennes maisons juives. Nous allons utilisé celles-ci comme des musées. Car Edirne et les juifs de Turquie méritent cela», a-t-il déclaré.
Quant au gouverneur d’Edirne, il a d’abord qualifié sa ville réunissant mosquées, synagogues et églises d’exemplaire avant de rappeler que cette scène de rassemblement religieux avait déjà vu le jour dans le passé à Edirne.
La soirée a pris fin avec les prières communes du mufti d’Edirne Emrullah Uzun et de Nesim Beruhiel, membre de la communauté juive de Turquie.

(Source : Chrétens de la Méditerrannée)